Petite pendule en bronze ciselé et doré et verre bleu

13.500 

France, époque Louis XVI
Bronze ciselé et doré, verre bleu
Mouvement et cadran signés « Roque à Paris » et signature de l’émailleur « Barbezat 1776 » (peintre-émailleur)

Exemples comparables

  • Une pendule identique est conservée au palais de Pavlovsk
  • Une pendule très proche, en ivoire, se trouvait chez Mesdames Victoire et Adélaïde au château de Bellevue, aujourd’hui conservée au château de Versailles

 

Catégorie :

France, époque Louis XVI
Bronze ciselé et doré, verre bleu
Mouvement et cadran signés « Roque à Paris » et signature de l’émailleur « Barbezat 1776 » (peintre-émailleur)

Exemples comparables

  • Une pendule identique est conservée au palais de Pavlovsk
  • Une pendule très proche, en ivoire, se trouvait chez Mesdames Victoire et Adélaïde au château de Bellevue, aujourd’hui conservée au château de Versailles

Cette pendule repose sur quatre petits pieds qui supportent une terrasse en ressaut et présente des côtés arrondis.
Sur la face et les côtés, court une frise composée de feuillages et baies dans l’esprit d’une feuille de lotus, autour d’une tringle, avec des rubans entrecroisés en leurs milieux.
Au-dessus, le cadran est mis en exergue par deux colonnes-piliers semi circulaires à cannelures ajourées sur fond de verre bleui, appliqué sur une plaque d’argent repoussé.
Le tout repose sur un demi-piédestal à plinthe et tors de lauriers, où se trouve un compartiment rectangulaire, dont se détache la boite contenant un mouvement et le cadran émaillé, tous deux signés « Roque à Paris » et « Barbezat 1776 », au dos du cadran.
La lunette cerclée de petites perles est encadrée en haut par deux rosaces triangulaires, avec des baies au milieu, et en bas, par deux branches de feuilles de lauriers et baies entrecroisées nouées dans un anneau enrubanné se terminant par des glands de passementerie, le tout sur un fond de verre bleui. La frise de la corniche est composée d’oves et de feuilles d’eau disposées en alternance, ainsi que d’une rangée de perles. La terrasse supérieure est sommée de deux pommes de pin feuillagées qui flanquent un piédestal à doucine cannelé sur lequel repose un vase couvert oblong godronné et cannelé à deux anses, couronné d’une graine.

Exemples comparables

  • Une pendule identique est conservée au palais de Pavlovsk
  • Une pendule très proche, en ivoire, se trouvait chez Mesdames Victoire et Adélaïde au château de Bellevue, aujourd’hui conservée au château de Versailles

Joseph-Léonard Roque (décédé après 1789), Horloger du Roi

Célèbre horloger et ingénieur mécanicien, reçu Maître horloger en 1770 à Paris, installé au Vieux Louvre dans le bâtiment des colonnades (av. 1769), puis passage du Saumon après 1772, il porta le titre d’Horloger du Roi. Probablement élève de l’expert en mécanique Alexis Magny (1712-après 1793) dans un premier temps, il travailla ensuite comme assistant de Claude-Siméon Passemant (1702-1769) jusqu’à la mort de ce dernier en 1769. Travaillant avec les meilleurs ingénieurs, bronziers-ciseleurs et orfèvres de son époque, il réalisa de véritables chefs-d’œuvre d’horlogerie comme le mouvement de la pendule que Passement exécuta pour le Roi de Golconde en 1749, un globe mouvant pour le château de la Muette ou encore celui de la pendule dite de la création du monde de Passemant, conservée à Versailles.

Bibliographie

Jean-Dominique Augarde, Les ouvriers du temps, Paris, 1996, p. 251
Pierre Kjellberg, Dictionnaire de la pendule française du Moyen Age au XXème siècle, Paris, 1997
Tardy, La pendule française, des origines à nos jours, tome 2, Paris, 1981
Tardy, Dictionnaire des Horlogers Français, seconde Partie, Paris, 1972, p. 572

 

Bon état général

Informations

Poids 4 kg
Dimensions 11 × 18.5 × 29.5 cm